Intérêt du biofeedback cardiaque dans la prise en charge du syndrome de l’intestin irritable

16 Oct 2024
17:00 - 17:30
SALLE BRANET

Intérêt du biofeedback cardiaque dans la prise en charge du syndrome de l’intestin irritable

Le syndrome de l’intestin irritable [SII] est une maladie gastro-intestinale fonctionnelle chronique, sans option pharmacologique curative (Drossman & Hasler, 2016). En réduisant les dysrégulations du système nerveux autonome et les comorbidités psychiatriques, le biofeedback de variabilité de fréquence cardiaque [VFC-BFB] constituerait une piste thérapeutique d’intérêt (Lehrer et al., 2020). Toutefois, malgré son utilisation croissante, des résultats inconsistants sont mis en évidence (Sparacio et al., 2021) et seulement quelques études l’ont évalué dans le SII (Shah et al., 2020). Or, les dernières directives quant à la prise en charge du SII signalent la nécessité de tester des interventions non médicamenteuses (Fukudo et al., 2021). La présente étude visait donc à apporter des preuves empiriques supplémentaires sur l’efficacité du VFC-BFB dans le SII.
Cette étude a examiné les effets du VFC-BFB sur les états psychophysiologiques de 29 patients souffrant du SII. L’étude nécessitait trois sessions analogues (T1, T2, T3) espacées de 24 jours. Les sujets devaient compléter des questionnaires auto-rapportés évaluant l’état psychologique (anxiété, symptomatologie dépressive, stress perçu, coping, satisfaction de vie, cognitions liées à la maladie); puis des mesures électrophysiologiques neurovégétatives étaient réalisées, ceci au repos, pendant la réalisation d’une tâche de charge mentale (réactivité) et en récupération après la tâche. La première période de 24 jours (T1-T2) constituait une période contrôle sans exercice, et la seconde (T2-T3) une période interventionnelle durant laquelle les sujets devaient pratiquer le VFC-BFB quotidiennement pendant 24 jours (3×5 minutes par jour).
Une moindre réactivité sympathique à la tâche de charge mentale associée à une réduction significative de la détresse psychologique (affectivité négative et anxiété) et du sentiment d’impuissance face à la maladie ont été observés après la période interventionnelle comparativement à la période contrôle.
Le VFC-BFB constitue un outil thérapeutique d’intérêt dans le SII, en particulier dans la prise en charge de la santé mentale.