L’empathie atténue les dimensions affective et sensorielle de la dyspnée induite par le CO2

18 Oct 2024
12:00 - 12:30
ADENAUER

L’empathie atténue les dimensions affective et sensorielle de la dyspnée induite par le CO2

Contexte. La dyspnée témoigne d’une profonde souffrance chez les patients et son soulagement est une priorité pour les soignants. Ce soulagement peut être obtenu en corrigeant les troubles causaux (approche « étiopathogénique ») ou en ciblant la dyspnée elle-même (approche « symptomatique »), comme c’est le cas pour la douleur. La sollicitude empathique des soignants a un effet analgésique intrinsèque, mais ses effets sur la dyspnée n’ont pas été formellement documentés. Cette étude teste l’hypothèse selon laquelle le comportement de sollicitude empathique d’un soignant pendant l’induction expérimentale d’une dyspnée aiguë et intense aurait un effet atténuant.
Méthodes. Dans un essai expérimental contrôlé, randomisé et en double aveugle, 80 participants sains ont été assignés à un groupe de « comportement neutre » ou à un groupe de « comportement de sollicitude empathique ». Au cours de deux visites successives (V1 et V2), la dyspnée a été induite par la respiration de CO2 et i) évaluée extemporanément à l’aide d’échelles visuelles analogiques affective et sensorielle de 10 cm (A-VAS et S-VAS) ; ii) post hoc à l’aide du Profil Multidimensionnel de la Dyspnée (MDP).
Résultats. Les scores A-VAS à la fin de l’épreuve de dyspnée étaient significativement plus bas à V2 dans le groupe « comportement de sollicitude » que dans le groupe « comportement neutre » (6,69 [3,825-9,67] vs 8,05 [6,43-10], p=0,039). Il n’y a pas eu de différences significatives entre les groupes en ce qui concerne le S-VAS. L’analyse MDP a montré que la réinhalation de CO2 induisait une dyspnée de type soif d’air, avec des réductions statistiquement significatives de son intensité et des dimensions sensorielle et affective de la dyspnée.
Conclusion. Cette étude montre que la sollicitude empathique peut réduire les dimensions affective et sensorielle de la dyspnée induite expérimentalement chez des volontaires sains. De futures études devraient évaluer l’impact de la sollicitude empathique sur la dyspnée clinique.